Dans une dizaine d’années, nous serons peut-être fiers de dire « J’y étais ! ». Expliquer que l’on était là lorsque le terme Blockchain a commencé à apparaître massivement dans les articles, études, débats et conférences alors qu’il était pratiquement inconnu quelques mois auparavant. Expliquer qu’il nous a fallu dans le même temps en saisir les principes de fonctionnement, en deviner les usages potentiels, s’enthousiasmer ou s’alarmer à propos de ses impacts économiques et sociaux.

Texte publié le 19 février 2016

Blockchain : un grand livre infalsifiable accessible à tous

Sans entrer dans les détails techniques, la blockchain correspond moins à une réelle innovation technologique qu’à la convergence de deux univers complémentaires. D’un côté les systèmes distribués de type pair à pair (peer to peer) et de l’autre les protocoles cryptographiques et plus particulièrement la technique du chaînage connue de longue date par les praticiens de l’archivage électronique probant.

D’un point de vue plus fonctionnel, la blockchain est souvent présentée comme un grand livre distribué et infalsifiable. Dès lors la question de la confiance se déporte de l’institution vers la seule technologie. Il paraît théoriquement possible de réduire les coûts de toutes les transactions sécurisées en supprimant le recours à un organisme centralisateur. Selon la formule désormais consacrée, l’utilisation de la technologie blockchain permettrait de se passer des tiers de confiance. De tous les tiers de confiance : banques, notaires, Etats, …

Blockchain : un nouveau monde ?

A lire les différents articles d’acteurs ou d’observateurs du domaine, la blockchain incite à recourir aux formules les plus dithyrambiques (qui sont aussi parfois les poncifs les plus éculés) : « disruption globale », « changement de paradigme », « 4ème révolution industrielle », « mutation du capitalisme », « fin de la société pyramidale », « sécurité autoportante », « nouveau principe d’organisation pour l’humanité », « avenir de la confiance », « potentiel vertigineux » … pas de doute il doit bien se passer quelque chose. Soit nous sommes en présence d’un bulle médiatique qui finira par éclater, soit la moitié de ce qui est écrit est possible et il est vraiment temps de s’y intéresser.

L’auteur de ces lignes prendra ici un risque (texte à ressortir dans dix ans) : il est très possible que nous soyons confrontés à une technologie dont les impacts à deux ans sont très largement surestimés mais dont les impacts à dix sont encore très largement sous-estimés. Une désillusion médiatique au cours des toutes prochaines années pourrait bien s’accompagner de changements en profondeur, aussi discrets qu’irréversibles.

Blockchain : monnaie virtuelle et bien au-delà

Une révolution certes. Mais à quoi tout cela peut-il bien servir concrètement ? Paradoxalement, le premier usage connu de la technologie qui suscite un tel enthousiasme et celui de la sulfureuse monnaie virtuelle Bitcoin. Au-delà des crypto-monnaie (qui fonctionnent sans banques centrales) se dessinent d’autres usages dont la liste fait penser à un catalogue des applications de la confiance numérique : système d’identité numérique, vote électronique, cadastre numérique, certifications de documents numériques comme les diplômes, état-civil (mais forcément sans Etat). Il est même question de nouvelles plateformes pour « uberiser » Uber.

Blockchain : le tiers de confiance revient par la fenêtre ?

Que l’on soit emporté par l’exaltation ou paralysé par l’anxiété, il ne faudrait pas pour autant oublier que ces systèmes sont pour l’instant, le plus souvent, à un stade expérimental et que bien des questions demeurent en suspens notamment sur le plan juridique. Pour avancer en la matière, Pascal Agosti, avocat spécialisé dans la confiance numérique, propose(1) une typologie des offres de blockchain qui reprend celle déjà en vigueur pour les offres de Cloud :

• « publiques, c’est-à-dire sans restriction à l’entrée (et donc sans prérequis juridiques le plus souvent, comme une identification même sommaire) ;
• hybrides, c’est-à-dire que le processus de sélection du bloc à ajouter à la blockchain est contrôlé par un panel d’organismes (ex : des institutions financières), le droit de lire la blockchain peut être ouvert au public ou restreint à certains utilisateurs. En outre, une Application (API) dédiée pourra être mise en place pour déposer ou vérifier une transaction donnée ;
• ou privées, c’est-à-dire que l’accès au réseau est restreint à certains utilisateurs montrant patte blanche auprès d’une autorité centrale (ex : une banque). La gestion des droits de lire ou de déposer des transactions pourra être répartie par l’autorité ».

Une « autorité centrale » pour des offres de « blockchain privées » ? Finalement le tiers de confiance, en évoluant dans ses missions, devrait bien un rôle à jouer dans ce nouvel univers.

Arnaud Belleil

(1) : Blockchain, vous avez dit Blockchain ? Pascal Agosti, Usine Digitale, 8 janvier 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *